“Okay, Houston, we’ve had a problem here”

Un drame qui a secoué le monde. L’histoire d’Apollo 13 est l’histoire d’une mission de routine presque insignifiante, qui culmine soudainement dans un combat presque sans espoir pour la vie de trois astronautes.

Le 11 avril 1970, la NASA a lancé sa troisième mission sur la lune. La plate-forme de lancement d’Apollo 13 était la plate-forme numéro 13. Après seulement neuf mois auparavant, plus d’un million de personnes avaient assisté au premier lancement en direct sur la lune d’Apollo 11 à Cape Kennedy, les 80 000 passionnés de l’espace présents à ce lancement étaient d’une taille gérable. Parmi les invités d’honneur se trouvait le chancelier allemand Willy Brandt, mais pour la NASA et son public, la plus grande aventure de l’humanité était apparemment déjà devenue un événement banal et routinier. Tout cela va changer brusquement – quelques heures plus tard, le 13 avril 1970.

Le drame d’Apollo 13

“Ok, nous avons eu un problème ici”, le pilote du module de commande “Odyssey” Jack Swigert a communiqué par radio avec la station au sol avec une fraîcheur à peine surpassable. Le commandant James Lovell le confirme par ces mots légendaires : “Houston, nous avons eu un problème ici.”

Les astronautes Jim Lovell, Fred Haise et Jack Swigert sont déjà à plus de 300 000 kilomètres de la Terre lorsqu’une explosion fait éclater l’un des réservoirs d’oxygène du vaisseau spatial Apollo. Ce n’est pas un “problème”, mais une catastrophe imminente ou plutôt déjà survenue. Le vaisseau spatial s’éloigne de la Terre sur une trajectoire qui le place dans une orbite sûre autour de la lune. Une fois en orbite, le vaisseau spatial serait devenu la tombe des trois hommes. Imaginez un souvenir pour l’éternité. Le satellite Apollo 13 “Odyssée”, endommagé, est en orbite autour de notre satellite comme une tombe d’acier de trois hommes pour toujours et à jamais.
Dans notre film “La plus grande aventure de l’humanité”, Ulrich Walter, astronaute allemand, décrit la situation.

Le problème

Extrait du film : “La plus grande aventure de l’humanité”.

Au moment où le danger est le plus grand, Houston montre la grande capacité d’une équipe de personnes qui ne peuvent et ne veulent pas abandonner. Les scientifiques – parmi lesquels figurent avant tout Katherine Johnson et Margaret Hamilton – calculent en quelques heures la possibilité de modifier la trajectoire de vol avec les ressources encore disponibles dans les deux capsules spatiales. La situation semblait complètement désespérée – comme le rapporte Ulrich Walter.

En fin de compte?

Extrait du film : “La plus grande aventure de l’humanité”.

Les réserves de carburant du module lunaire devraient être suffisantes pour accélérer l’équipe au moyen d’un allumage moteur précalculé de telle sorte que la trajectoire revienne sur Terre exactement à l’angle droit après avoir pénétré dans le champ de gravité lunaire. Pour ce faire, il faudrait faire tourner le navire et surtout reprogrammer l’ordinateur de bord afin de pouvoir effectuer exactement le temps d’allumage et de combustion.

Nouvelle trajectoire de vol

Extrait du film : “La plus grande aventure de l’humanité”.

La mise à feu manuelle serait trop imprécise. Les informaticiens du MIT et d’IBM travaillent fébrilement toute la nuit sur les codes nécessaires. Le nouveau programme de vol doit être téléchargé à temps par radio sur l’ordinateur de bord, car la manœuvre ne peut pas être effectuée par la seule station au sol, car elle doit se faire sans communication radio. Homer Ahr était l’un des “programmeurs de contrôle des manœuvres” d’IBM sur la mission Apollo 13 : “Nous n’avons même pas pensé à le récupérer, nous avons simplement fait tout notre possible pour le récupérer”.

La première mise à feu est réussie seulement 5 heures après que la catastrophe se soit produite. Mais le navire est encore trop lent. Seul un second allumage des moteurs permettra d’accélérer Apollo 13 afin que les réserves d’oxygène à bord soient suffisantes.

Aquarius sauve l’équipage

Extrait du film : “La plus grande aventure de l’humanité”.

En attendant, la vie des astronautes du vaisseau spatial doit être sauvée. Les systèmes de l’Odyssey sont arrêtés, les 3 hommes se serrent dans la capsule de 2 hommes du module Aquarius. Ici, un autre problème va bientôt se poser. Le module lunaire n’a pas assez de filtres à air à l’hydroxyde de lithium pour absorber le CO2 toxique de l’haleine de trois personnes. Les cartouches d’hydroxyde de lithium du module de commande Odyssey, en nombre suffisant, ne rentrent pas dans les ports du module lunaire. Dans le centre de contrôle, les scientifiques improvisent un filtre à CO2 à partir des matériaux dont disposent les astronautes dans le Verseau : Des tuyaux, une boîte, une chaussette. Cela fonctionne également.

Le talent d’improvisation qui sauve

Extrait du film : “La plus grande aventure de l’humanité”.

Le film montre également comment le public sur terre réagit au drame. Si le lancement d’Apollo 13 était plutôt perçu comme une question mineure, le public est de retour au moment de la catastrophe. Des centaines de milliers de personnes craignent pour la vie des astronautes et prient pour le succès de l’opération de sauvetage. Cela tient au sensationnalisme, à la fascination de la catastrophe. La sobriété scientifique du vol spatial peut soudainement se traduire par le destin.

La sympathie du public

Extrait du film : “La plus grande aventure de l’humanité”.

Les astronautes ont été aidés par le talent des scientifiques et des ingénieurs, leurs grandes connaissances, leur capacité à garder leur sang-froid, à travailler ensemble et à atteindre le point de salut avec des solutions improvisées. Tout s’est bien passé une fois de plus. Un miracle ? Je ne pense pas. La vision grandiose du président Kennedy d'”atteindre la lune, non pas parce que c’est facile, mais parce que c’est difficile” a inspiré et rassemblé l’équipe de la NASA d’une manière unique. Kennedy appelle toute la nation à atteindre cet objectif. Le projet Apollo compte jusqu’à 400 000 personnes qui travaillent parfois à la réalisation de la “mission” de leur président, qui est restée comme son grand héritage après son assassinat. Voici la partie centrale du discours de Kennedy le 12 septembre 1962 à Houston.

Extrait du discours du Président Kennedy le 12.9.1962, Houston Texas

La plus grande aventure de l’humanité

Le programme Apollo était en effet la “plus grande aventure de l’humanité” – comparable peut-être seulement au départ de Christophe Colomb en 1492, et la quasi tragédie d’Apollo 13 montre l’énorme risque que les astronautes ont pris. Le dernier extrait du film montre une fois de plus le moment incertain de l’atterrissage de la capsule, lorsque la communication radio a été interrompue pendant plusieurs minutes.

Extrait du film : “La plus grande aventure de l’humanité”.

La cause de l’accident

L’explosion du réservoir d’oxygène d’Apollo 13 a fait l’objet d’une enquête approfondie de la part de la NASA. Le résultat de l’enquête a révélé un défaut dans un interrupteur thermique qui s’était produit au sol avant le lancement et qui est passé inaperçu. La NASA a publié un résumé de l’enquête.

Le rôle historique d’Apollo

Certains prétendent aujourd’hui que le programme Apollo était un gaspillage d’argent. Je ne suis pas d’accord avec cela. La guerre du Vietnam à son apogée a coûté aux Etats-Unis plus de dollars en une seule année que les 10 ans du programme Apollo. Sans parler des dizaines de milliers de victimes de la guerre. Dans son discours à Houston, le président Kennedy a conçu le programme Apollo comme faisant partie d’une compétition pacifique entre nations. C’était la réponse à la vision de Khrouchtchev d’un voyage spatial pacifique. Pour moi, les deux incarnent des visions productives pour notre développement technologique et scientifique. Le fait que, surtout après l’assassinat de Kennedy et la déresponsabilisation de Khrouchtchev, les forces destructrices de la politique étrangère des deux superpuissances aient pris le dessus, a fini par dévaloriser la vision d’Apollo au moment de son plus grand triomphe, l’alunissage réussi de 1969, et lui a ôté ses chances. Les mourants au Vietnam ont continué à ne pas être impressionnés. Mais le sauvetage des astronautes d’Apollo 13 prouve que nous ne devons jamais perdre espoir. Le signe d’un vaisseau spatial en orbite autour de la lune avec trois astronautes morts n’existe pas aujourd’hui.

Nous avons raconté l’histoire dramatique d’Apollo 13 dans notre film “La plus grande aventure de l’humanité” pour la ZDF. Le film peut être visionné dans la médiathèque de la ZDF et sera bientôt disponible sur la plateforme de streaming.

Un film documentaire historique

Le film “Houston, nous avons eu un problème” a été produit pour la NASA en 1970. Il montre principalement la salle de contrôle de la mission de la NASA et le travail des ingénieurs et des scientifiques qui ont sauvé les astronautes. Le matériel d’archives restauré peut être obtenu auprès de nous.

“Houston we’ve got a problem” Archivfilm von 1969 – remastered