Jerusalem 1938

Film de Jérusalem, tourné en mars 1938. Le contexte du tournage était la nomination de la Commission Woodhead par le gouvernement britannique le 4 janvier 1938 pour enquêter sur les aspects pratiques de la division de la Palestine en une partie arabe et une partie juive. Les photos montrent la vieille ville de Jérusalem et des photos du nouveau bâtiment de l’Université hébraïque sur le Skopus Berg et différentes photos de la nouvelle ville. Enfin, certains dirigeants arabes du bureau du Conseil suprême islamique (SMC), la plus haute autorité religieuse musulmane de Palestine, sont représentés.

Le contexte du tournage était la nomination de la Commission Woodhead par le gouvernement britannique le 4 janvier 1938 pour enquêter sur les aspects pratiques de la division de la Palestine en une partie arabe et une partie juive.

Les préhistoires

Vers 1900, la Palestine était une province ottomane éloignée et peu peuplée. On estime que 400 000 personnes vivaient dans la région, y compris la Jordanie actuelle de l’autre côté du Jourdain. Entre 1882 et 1903, environ 25 000 Juifs, principalement russes et roumains, avaient immigré, surtout dans la région de Haïfa. Entre 1904 et 1914, 40 000 autres Juifs russes sont venus en Palestine.

Le mandat britannique de la Palestine

À la fin de la Première Guerre mondiale, l’Empire ottoman s’effondra. La Palestine est devenue un territoire mandaté de la Société des Nations. Lors de la Conférence de San Remo en 1920, la Grande-Bretagne a reçu le mandat d’administrer le Traité.

Dans le préambule de l’accord de mandat, le but de l’administration par la Société des Nations est de “construire une maison nationale pour le peuple juif en Palestine”. Les droits des “communautés non-juives existantes en Palestine” doivent être sauvegardés. L’article 4 stipule que les administrations juive et palestinienne doivent coopérer à l’établissement de la patrie juive.

La population de Palestine

Le recensement de 1922 fait état d’une population de 757 182 habitants, dont 83 794 Juifs et 590 890 musulmans. Entre 1919 et 1931, 115 000 autres Juifs sont venus en Palestine. En 1931, 1 035 821 habitants ont été recensés dans la zone du mandat (y compris la Transjordanie) selon l’Annuaire statistique des Nations Unies de 1948. De ce nombre, 174 610 étaient juifs et 759 712 étaient musulmans. Selon l’ONU, environ 280 000 d’entre eux vivaient dans la Jordanie d’aujourd’hui. En 1939, 220 000 autres immigrants juifs étaient arrivés en Palestine, dont environ 50 000 réfugiés juifs d’Allemagne nazie. Pour 1937, le Bureau des statistiques de l’ONU estime à 389.000 le nombre d’habitants juifs et 875.000 musulmans. Parce que la population juive a plus que doublé en seulement 6 ans, 6 Arabes musulmans en Palestine sans Transjordanie avaient maintenant 5 Juifs.

Une forte immigration a engendré de grandes tensions. Déjà en 1929, il y eut 3 massacres de Juifs avec plus de 100 morts. En 1936, les Arabes ont commencé un soulèvement contre le mandat britannique, qui a été réprimé dans le sang.

L’Allemagne nazie et le soulèvement arabe

Entre 1933 et 1937, le gouvernement nazi allemand avait utilisé l’émigration juive d’Allemagne en Palestine pour des opérations de change lucratives. Puis vient la casserole. En 1937, le ministère allemand des Affaires étrangères notait : “Il y a un intérêt allemand à ce que l’arabisme puisse être “joué” comme contrepoids à l’émergence d’un Etat juif.  Mais le panoramique a lieu. L’Allemagne assume un rôle de financier et de promoteur des insurgés.

L’Allemagne nazie et la personne d’Hitler ont rencontré la sympathie des musulmans. La raison principale en était l’antisémitisme commun, que les Allemands savaient encore comment attiser. La station de radio allemande Radio Zeesen a diffusé des articles antisémites en arabe par ondes courtes au Moyen-Orient. Un groupe de plusieurs milliers de colons allemands vivant en Palestine était déjà contre l’établissement d’une patrie juive en 1924. Pendant ce temps, dans les années 30, elle était d’humeur nationale-socialiste et soutenait la lutte des insurgés arabes contre les Britanniques et les Juifs. La croix gammée devient un col dans les zones insurgées.

“La prise de conscience que le judaïsme dans le monde sera toujours l’adversaire inconciliable du Troisième Reich nous oblige à prendre la décision d’empêcher tout renforcement de la position juive “, a déclaré le Foreign Office dans un mémorandum de 1938.

Le Mufti Al Huseini de Jérusalem fuit la zone du mandat en 1937, afin d’échapper à son arrestation. D’abord, il se rend en Irak, où il organise un soulèvement pro-allemand. Lorsque ces entreprises ont échoué, il s’est enfui à Berlin en 1941. Il y est généreusement soutenu par l’Allemagne hitlérienne en tant qu’allié et poursuit son action au Moyen-Orient. Dans une conversation avec Hitler, il déclara que les Arabes étaient convaincus de la victoire de l’Allemagne, de l’unité de la Palestine et de “l’élimination du patrimoine juif en Palestine”.

Le contexte des prises de vue du film

Retour à 1938 : Avec le plan de partition de la Commission Peel, le gouvernement britannique tente de réorganiser la zone entre les parties ennemies. Un État juif devait être fondé dans la zone délimitée en rouge sur la carte.

Le reste, une zone beaucoup plus vaste, devrait devenir un Etat arabe et rester une bande entre Tel-Aviv et Jérusalem et un contrôle international.

Les deux principaux dirigeants juifs, Chaim Weizmann et Ben-Gourion, avaient convaincu le Congrès sioniste d’approuver les recommandations de Peel comme base de négociations ultérieures. Mais les Arabes ont rejeté le plan de partition. En particulier, le Mufti de Jérusalem Ahmed Al Husseini a insisté sans compromis sur le retour au statut avant l’immigration juive. Anders Abdullah I de Jordanie, qui a soutenu le plan de partition britannique.

Massacres

En 1938, année du tournage du film, la Commission Woodhead devait préciser les propositions de répartition du mandat entre Juifs et Arabes qui avaient déjà été élaborées par la Commission Peel. Les conflits continuent de s’intensifier. Le 2 octobre 1938, 19 Juifs, dont 11 enfants, furent assassinés dans la ville de Tibériade. Pendant le massacre, 70 Arabes armés ont incendié des maisons juives et la synagogue locale. Le 18 octobre, les troupes britanniques ont pris le contrôle de la vieille ville de Jérusalem, qui avait été occupée par des insurgés arabes début octobre.

Politique d’intérêt dans la guerre mondiale

Cependant, au début de la Seconde Guerre mondiale, les Britanniques tentèrent de sécuriser le flanc arabe en limitant strictement l’immigration juive et même en interdisant l’achat de terres pour de nouvelles colonies juives. Ces mesures contredisent clairement le mandat et coûtent la vie à de nombreux Juifs. Car ils ne peuvent plus fuir en Palestine avant que l’Holocauste ne prenne son cours.

UN Palestine Partition Plan 1947

La décision de l’ONU 1947

Le 29 novembre 1947, l’Assemblée générale des Nations Unies adopte la résolution 181 (II), qui prévoit une division du mandat similaire aux plans d’avant-guerre. En 1946, l’ONU estimait la population juive à environ 600 000 personnes, la population arabe à 1,1 million, dont environ 400 000 en Transjordanie.

En 1948, les Britanniques quittent le mandat. Le 15 mai, les Juifs proclament la fondation de leur État conformément aux résolutions de l’ONU. Les États arabes attaquent immédiatement l’État juif. Mais il peut se défendre avec succès. Soutenu par les armes et la diplomatie de l’Union soviétique et en particulier du CSSR.